Interview Florian Mossan


 

Salut Florian ! Alors, comment vas-tu pilote ? Tu es prêt, on y va ? Et on fait un scratch hein ! 

« Salut Martin ! Oui ça va comme une fin d’année ! Un scratch, pourquoi pas ? De plus, ensemble, et ce sera mon premier ! »


Aller c’est parti ? Et puis de toute façon c’est… Un peu trop tard maintenant ! C’est parti avec la première question de notre entretien qui restera très facile pour commencer... Enfin, à mon avis… Pourrais-tu s‘il te plait, te présenter ? Et… Top ! 
« Et oui, trop tard pour moi de faire marche arrière là, alors on y va ! Donc je suis Florian MOSSAN, j’ai 29 ans, je te rassure toutes mes dents, et je suis mécanicien automobile chez Peugeot. Oui je sais je roule en Renault, je ne suis pas parfait ! Sinon je roule en Rallye depuis 2013 et j’ai toujours été Pilote. »


Parfait ! Maintenant que nous en savons un peu plus sur toi, tu vas pouvoir nous expliquer l’origine de cette passion pour le rallye ? Et vu que tu es bien lancé, depuis combien de temps environ ?
« Alors oui, cette passion je l’ai depuis que je suis né ; puisque mes parents sont très amis avec la famille MOULIN de Meyras, donc pour les rallyes, je suis un peu comme Obélix… Je suis tombé dedans étant petit lol ! Donc entre mon pilier qui sont Dominique MOULIN et RAGNOTI, dont je suis fan non seulement de son pilotage mais aussi de ses autos. J’ai donc toujours rêvé d’être au volant d’une auto de Rallye. J’ai toujours dit que mon rêve était de rouler en Clio Williams Gr A, ce que j’ai réalisé en 2013. »


Merci beaucoup monsieur MOSSAN ! Et des projets pour cette saison 2019 ? Puisque si j’ai bien suivi ton actualité, la saison 2018 est terminée pour toi ? Une saison qui ne t’aura malheureusement pas porté chance… 
« Oui comme tu le dis Martin, malheureusement une année noire pour moi. Une année 2017 très bonne avec une nouvelle auto, avec 7 départs et 7 arrivées et pas mal de podiums ; et une année 2018 où je fini 1 rallye sur 6.... Mais bon, je n’ai jamais baissé les bras ! Puis une 1e place de classe ça fait du bien surtout dans cette catégorie. Donc 2019, oui une nouvelle année, où on part de zéro avec 12 rallyes au programme. »


Il est vrai, que tous pilotes et copilotes ont un rêve... Mais pour toi, si je te le demandais… D’ailleurs… Et oui, je te le demande… ce serait lequel ? 
« Alors là je suis un peu pudique tu sais ahah ! En fait, j’aimerais avoir un parcours similaire à celui de Dominique. C’est à dire persévérer même s’il y a des difficultés, toujours essayer de mieux faire au fil des ES, puis pourquoi pas un jour, juste un podium au scratch… Mais ça : tout le monde le rêve. »


Tu as désormais quelques années dans le baquet de gauche à ton actif, tu vas pouvoir nous parler de tes débuts, de tes premiers tours de roues, jusqu’à aujourd’hui en tant que pilote, car si j’ai bien calculé, tu en es à exactement 38 épreuves, et un sacré nombre de podium de classe ! 
« Ahahah ! D’autres ont fait mieux que moi, et heureusement d’ailleurs ! Oui après c’est vrai que j’ai commencé tout en bas de l’échelle comme beaucoup, puis petit à petit l’oiseau a fait son nid, avec quelqu’un, car j’ai débuté avec comme copilote Jean Christophe CARREL, et avec qui j’ai eu un grand et bon parcours, dont une finale, et ça ce n’est pas négligeable. Au début j’étais tout fou puis une sortie de route m’a remis dans le droit chemin… Puis une personne comme Domi qui me dit qu’il ne faut pas brûler les étapes… Ce que j’ai fait d’ailleurs j’ai pris le temps, mais au bout du compte les résultats ont parlé d’eux-mêmes. Maintenant avec la Clio R3 je suis plus cool, il m’arrive même de me prendre une secouée par Flav’ mon nouveau partenaire, parce que j’ai l’impression de ne pas rouler ! »


Quel est ce sentiment qui surgit en toi dès lors que l’on entre dans le cœur du sujet, la course ?
« Bah en fait, j’ai un sentiment d’être seul au monde ahah ! Non c’est un moment qui est très spécial, je me pose des questions diverses au sujet de la course, j’ai un bon stress qui monte, puis au moment de mettre le casque plus rien... J’attends le décompte pour me livrer, à passer un bon moment avec mon auto et mon copilote. »


Et si tu devais prendre exemple sur quelqu'un, ou prendre de l'inspiration, sur qui serait-ce ?
« Sans hésiter, d’ailleurs je n’arrête pas de le dire, mais Dominique MOULIN. D’ailleurs beaucoup de membres de son équipe disent que l’on se ressemble sur beaucoup de points ! Pas forcément les meilleurs mais bon ahah ! »


Excellent ! Nous vivons tous de plus ou moins beaux moments… Et pour toi Florian ? Quels seraient ces quelques moments, positifs et négatifs, depuis tes débuts dans ce sport ? Que ce soit sur le rallye, ou bien avant dès la préparation bien sûr, ou de nombreux événements peuvent arriver !
« Alors là tu me poses une question difficile à y répondre ! Je préfère commencer par le négatif puisque il faut toujours finir par le meilleur ! Déjà en 2016, où j’arrive à me qualifier pour la finale à Lunéville et mon auto qui marchait si bien me joue des tours. Après pour 2018 forcément, quand je vois des personnes que je ne connais pas, comme des spectateurs me dire que c’était mieux quand je roulais avec mon ancienne Clio ! Bref ces moments-là je préfère les garder pour moi pour rebondir... Pour finir, enfin les points positifs ! Il y a l’évolution, je ne parle pas qu’au sujet de l’auto mais de mon équipe, de mon nouveau copilote Flavien GUEYRAUD, puis de ma façon d’être en compétition aussi. Il y a beaucoup de choses que je languis et justement j’ai soif d’apprendre, de continuer sur cette lancée car les erreurs aussi peuvent nous appendre... donc vivement 2019 ! Ce que je veux dire c’est que depuis 2013 j’ai rarement vécu une année comme celle passée, donc je m’en sers pour effectuer de bonnes choses à venir ! »


Aurais-tu une expression, ou bien un slogan personnel, quelque chose qui te tiens à cœur et que tu désires mettre en avant ?
« J’en ai beaucoup ahah ! Mais celle qui sort le plus, en tout cas pour moi, c’est - ne rien lâcher, persévérer pour réaliser ses rêves. »


Nous arrivons vers la fin de l’interview… Je vais alors te laisser le soin de terminer cette interview, avec ce qu’on appelle le mot de la fin, comme quand tu passe le podium à l’arrivée d’un rallye ! Juste avant, je me permets de te remercier, et oui, une fois de plus une fois pour ton soutien, ta présence, tes encouragements, et tout ce temps que tu m’as accordé tout au long de cette saison que j’ai pu suivre de très près, malgré ces quelques ennuies, le tout jusqu’à aujourd’hui, jour de notre entretien ! C’est un immense plaisir que d’avoir pu échanger avec toi, merci pour ta collaboration, ta participation et ces belles réponses ! Aller, c’est à toi… 3…2…1… et… Action ! (remerciements, messages,…)

« Alors déjà je voudrais te dire merci à toi ! Pour ton professionnalisme que ce soit en tant qu’interviewer, que photographe ! Merci aux personnes qui croient en moi. Merci à mes partenaires toujours aussi fidèles. Merci à mon copilote Flavien de me faire confiance. Et merci à mon équipe soudée où un mélange tant que familial qu’amical peut, respirer la réussite ! Merci encore à toi Martin pour ce moment partagé.»




Interview réalisée par MG - Objectif Rallye